Consultez les horaires du magasin en cliquant ici :  FUJI SPORT PERPIGNAN

TAI CHI CHUAN c'est quoi ?

Tai chi Chuan

Le tai-chi-chuan (Larousse),(太極拳 trad.; 太极拳 simpl.) ou tàijí quán (en transcription pinyin) ou encore T'ai Chi Ch'uan (en transcription Wade-Giles) est un art martial interne chinois. Les sinogrammes du taiji quan sont composés des éléments Tàijí 太極 (faîte suprême) et quán 拳 (poing) et souvent traduits par « boxe du faîte suprême » ou « boxe avec l'ombre » car l'observateur a l'impression que le pratiquant se bat avec une ombre. Une autre traduction courante est « la boxe de l'éternelle jeunesse », le faîte suprême pouvant être traduit moins littéralement par « immortalité » (le but suprême) . C'est un art martial chinois (Wushu) appartenant au groupe des styles internes, tels que le Hsing I Ch'uan et le Bagua zhang).


Le taiji quan est souvent vu par les occidentaux comme une sorte de « gymnastique ». Il s'agit bel et bien d'un art martial dans le sens où :

* les mouvements sont hérités de la tradition martiale (esquives, parades, frappes, saisies…) ;
* ils étaient travaillés par les guerriers pour développer diverses qualités primordiales dans le combat telles que l'équilibre, le calme, la concentration…
* en dehors du premier enchainement enseigné aux débutants, il y a des enchaînements avec des armes ainsi que des combats essentiellement basés sur des poussées.


► Les origines :
Dans le Tao Te King du philosophe chinois Lao-tseu (vers 600 av. J.-C.), on trouve la première référence au tai-chi : « il projette un adversaire absent » [1]. Le tai-chi est l'une des pratiques regroupées sous le vocable wei-wu-wei, agir-sans-agir.
-Il existe plusieurs hypothèses sur l'origine du tai-chi-chuan :
* Le tai-chi-chuan fut créé par Zhang Sanfeng
* Le tai-chi-chuan fut créé par Wang Zongyue

► Les différentes pratiques :
* Les "ba duan jin" ou les "huit brocarts" : ce sont une série d'exercices de Qi Gong préparant le corps à la pratique du tai-chi-chuan. Le but est d'ouvrir les trois portes, c’est-à-dire libérer les épaules, la taille et les hanches, afin de faciliter la circulation d'énergie.

* Le Grand enchaînement ou Forme Longue : il se compose de 80 à 108 mouvements (selon la façon de les décompter des différentes écoles) qui simulent un combat contre un adversaire imaginaire. Il s'exécute très lentement.

La respiration est abdominale, la tête est droite, dans le prolongement du tronc, comme si elle était maintenue vers le haut par un fil.
La pointe de la langue est collée contre le palais afin de faciliter la circulation de l'énergie intérieure (Qi) en soi.

* Le "Tui Shou" ou "Poussée des mains" : ce sont des exercices qu'on exécute à deux. Le but est d'apprendre à écouter le partenaire, ce qui permet d'esquiver, à dévier et à contrôler une force qui est exercée contre soi. Il existe des compétitions internationales de Tui Shou.

* Le "San Shou" ou "Esquiver les mains" : un enchaînement qui se pratique à deux dans un jeu continu d'attaques et de défenses feintes.

* Le "Ping Chi" ou "Pratique des armes" : la pratique des armes fait partie de la grande tradition du Taiji Quan. Pour chaque arme, on étudie un enchaînement fondamental. Voici une liste d'armes utilisées dans les tai-chi d'armes :
o La lance, taiji qiang (太极槍)
o Le sabre, taiji dao (太极刀)
o Le double sabre
o L'épée, taiji jian (太极剑)
o La hallebarde Chinoise, ji (戟)
o L'éventail
o Le bâton
o Le double bâton
o La masse
o La perche
o Les serpes
o Les poignards